L'instrumentation et la génération Y

Le 01/09/2014 à 14:00  

L'essentiel

Les ingénieurs et futurs ingénieurs de la génération Y (nés entre 1980 et 2000) souhaitent retrouver les fonctionnalités des technologies mobiles grand public dans les instruments de mesure qu'ils sont amenés àutiliser dans leur profession.

L'état d'esprit de ces jeunes ingénieurs inspirera la prochaine génération d'instruments de mesure électronique.

Ecrans tactiles, appareils mobiles, connectivité au cloud, intelligence prédictive seront parties intégrantes de ces nouveaux instruments.

Chaque génération d'ingénieurs a vu l'essor d'une nouvelle génération d'instruments de mesure électronique. Les « Baby Boomers» (nés entre 1940 et 1960) utilisaient des oscilloscopes cathodiques et des multimètres dotés de dispositifs d'affichage à aiguille, que l'on appelle communément instruments «analogiques». La génération X (née entre 1960 et 1980) a inauguré une nouvelle génération d'instruments «numériques» qui utilisaient des convertisseurs analogiques-numériques et des écrans graphiques. Lagénération Y (née entre1980 et 2000) arrive sur le marché du travail avec un nouvel état d'esprit qui va inspirer la prochaine génération d'instruments. Lagénération Y a grandi dans un monde dominé par les technolo-gies. Des ordinateurs à Internet, et maintenant aux appareils mobiles, ces technologies ont évolué à une cadence sans précédent. Une récente étude de Cisco s'est appesantie sur la na-ture même de la géné-rationY et son rapport aux technologies. Il ressort de cette étude que les smartphones sont deux fois plus répandus que les PC de bureau. Par ailleurs, un tiers des personnes interrogées consultent leurs smartphones au moins une fois toutes les 30 minutes et au moins 80% d'entre elles utilisent au moins une application de façon régulière. Enfin l'étude montre que deux personnes sur trois passent autant de temps, sinon plus, avec leurs amis en ligne qu'en face à face.

D'après Frost & Sullivan, « les ingénieurs vont de plus en plus associer le concept d'interface utilisateur avec celui de l'interface qu'ils utilisent sur leurs appareils électroniques grand public. » Avec la génération Y, les interfaces utilisateur à écran tactile que l'on retrouve aujourd'hui sur les appareils mobiles vont rendre obsolètes les boutons physiques rotatifs ou poussoirs des instruments de mesure actuels.

DR

La générationY est obsédée par la technologie. Ouverte à tout changement, elle adopte rapidement les nouvelles technologies car elle comprend les avantages associés. L'innovation dans le secteur de l'électronique grand public, que les ingénieurs de la génération Y utilisent dans leur vie de tous les jours, a surpassé celle des instruments qu'ils utilisent dans le cadre professionnel. En fait, le facteur de forme des instruments sur table est resté sensiblement inchangé depuis des années. Tous les éléments – écran, processeur, mémoire, système de mesure et boutons poussoirs ou rotatifs – sont intégrés au sein d'un seul et même matériel autonome. L'ère de l'instrumentation actuelle arrivant à maturité, les ingénieurs de la générationY vont exiger l'intégration des technologies modernes aux instruments. L'instrumentation à l'ère de la génération Y va ainsi devoir intégrer des écrans tactiles, des appareils mobiles, une connectivité au nuage informatique ( cloud ) et de l'intelligence prédictive pour offrir des avantages significatifs par rapport aux générations précédentes.

Ecran tactile

D'après Frost & Sullivan, « les ingénieurs vont de plus en plus associer le concept d'interface utilisateur avec celui de l'interface qu'ils utilisent sur leurs appareils électroniques grand public. » Les interfaces utilisateur à écran tactile que l'on retrouve aujourd'hui sur les appareils mobiles offrent une expérience radicalement différente comparée aux boutons physiques rotatifs ou poussoirs des instruments actuels, qui ne satisferont pas la générationY. Amesureque les instruments ont gagné en nouvelles fonctionnalités, de nouveaux boutons poussoirs et rotatifs se sont ajoutés pour les supporter. Cependant, cette approche n'est pas extensible à l'infini. À un moment donné, les boutons deviennent si nombreux que leur multitude nuit à l'efficacité. Certains instruments ont eu recours à des systèmes de menus sur plusieurs couches et à des «boutons logiciels» qui correspondent à différentes actions, mais la complexité de ces systèmes a engendré d'autres difficultés d'utilisation. La plupart des ingénieurs de la génération Y qualifieraient les instruments actuels de peu pratiques.

Un instrument qui abandonnerait totalement les boutons poussoirs et rotatifs physiques, et utiliserait à la place un écran tactile en guise d'interface utilisateur pourrait résoudre ces problèmes. Au lieu de présenter tous les éléments de contrôle d'un coup, l'écran tactile pourrait simplifier l'interface en proposant de manière dynamique uniquement le contenu et les éléments de contrôle pertinents pour la tâche en cours. Les utilisateurs pourraient également interagir directement avec les données sur l'écran plutôt qu'avec un bouton-poussoir ou rotatif. Ils pourraient interagir à l'aide de gestes comme en rapprochant le pouce et le majeur (simulant un pincement) directement sur le graphe de l'oscilloscope pour modifier la vitesse de balayage (time/div) ou la sensibilité verticale (volts/div). Les interfaces à écran tactile sont un substitut particulièrement efficace et intuitif aux boutons poussoirs et rotatifs physiques.

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap