Lacompatibilité électromagnétique àl'honneur dela6 e édition

Le 11/05/2017 à 14:00  

L'amplificateur de puissance HF large bande 100A400 d'Ampli-fier Research (AR) s'inscrit dans la tendance du fabricant d'intégrer de nouvelles technologies. Il bénéficie des derniers développements en termes de design pour accroître la puissance et réduire les coûts.

P our la sixième année, les acteurs des radiofréquences,des hyperfréquences, du sans-fil, de la Compatibilité électromagnétique (CEM) et de la fibre optique se sont réunis les 23 et 24 mars dernier à Paris Expo - Porte de Versailles, pour l'édition 2017 du salon M ic r o w a ve& RF. « La tenue en parallèle avec les salons Embedded Systems et MtoM & Objets connectés a apporté, une nouvelle fois, une complémentarité avec l'offre présentée sur Microwave & RF », affirme l'organisateur BIRP/Infopromotions,malgré une fréquentation stable en termes de visiteurs et un nombre moins important d'exposants ( voir encadré page 37 ). Si l'on comptait le retour d'acteurs majeurs en instrumentation RF et micro-ondes, tels que l'allemand Rohde & Schwarz ou les américains Tektronix etTeledyne LeCroy, c'est surtout du côté des fabricants, distributeurs et sociétés de services dans le domaine de la CEM que portait, une nouvelle fois, l'un des principaux intérêts du salon. Avant de faire (ou après avoir fait) le tour des allées, les visiteurs intéressés pouvaient faire le point sur les différentes facettes de la Compatibilité électromagnétique, lors des cycles de conférences techniques organisées par l'Association française pour la promotion et le développement de la CEM (Afcem).

Les thèmes abordés allaient des interférences humaines dans la CEM au béton intelligent pour atténuer les champs HF, en passant par la protection foudre d'un système de protection cathodique, les nouvelles méthodes de mesure ou de test en CEM, la propagation de courants HF de mode commun sur câbles en chemin de câbles, le choix entre chambre réverbérante à brassage de mode et gros amplificateurs en chambre anéchoïque ou l'incohérence des niveaux d'émissions conduites et rayonnées des normes de CEM.

C. Lardière Pour sa 6 e édition, le salon Microwave & RF a rassemblé, fin mars dernier à Paris, les acteurs des radiofréquences, des hyperfréquences, du sans-fil, de la Compatibilité électromagnétique (CEM) et de la fibre optique. La tenue en parallèle d'Embedded Systems et MtoM & Objets connectés a apporté, une nouvelle fois, une complémentarité en termes d'offre.

EMC Partner présentait le générateur DOW3000 pour les essais aux ondes oscillatoires amorties selon la CEI 61000-4-18. Il est le seul équipement du marché à réaliser des essais en « Slow Waves » et en « Fast Waves » et, en option, les essais d'isolement de type onde de choc de foudre.

EMC Partner

Amplificateurs et générateurs pour les tests de CEM

La bonne douzaine de fabricants et distributeurs spécialisés en CEM, eux, ont profité de l'événement pour présenter des innovations et autres nouveaux produits. À commencer par l'américain Amplifier Research (AR). « Depuis quelques années, nous renouvelons par pans notre offre d'amplificateurs, renouvellement dicté soit par l'intégration de nouvelles technologies, soit par l'apparition de nouvelles normes.L'amplificateur de puissance HF large bande 100A400 s'inscrit dans la première tendance », explique Philippe Bluteau, ingénieur technico-commercial chez AR France. Le remplaçant du modèle 75A400 bénéficie en effet des derniers développements en termes de design (au niveau de la structure du module, du choix des transistors utilisés) pour accroître la puissance et réduire les coûts. Avec une puissance continue de 100W minimum désormais (au lieu de 75W) pour la même gamme de fréquences (100 kHz à 400 MHz) et un rapport d'ondes stationnaires (ROS) de 2,0: 1 maximum en sortie et sous 50 O, le nouvel amplificateur permet ainsi de répondre aux exigences de conformité aux normes en test d'immunité radiofréquences, en test d'antennes et de composants, en étalonnage de wattmètres. « Nous sortons par ailleurs une gamme de transformateurs d'AE Techron, qui ont été certifiés la semaine dernière, pour les tests d'immunité aux champs magnétiques (T1000), en conduit basse fréquence (T2000) ou aux champs électriques (T3700) », ajoute Philippe Bluteau. Enfin AR Europe distribue en Europe, depuis le début de l'année, les wattmètres et voltmètres RF, les mesureurs audio et de modulation ainsi que les testeurs PIM ( Passive Inter-Modulation ) de Boonton Electronics, ainsi que les générateurs de bruit de Noisecom, les deux sociétés appartenant à l'américain WirelessTelecom Group.

Du côté du suisse EMC Partner, l'innovation prenait la forme du générateur DOW3000 pour les essais aux ondes oscillatoires amorties selon la CEI 61000-4-18. « Il s'inscrit en droite ligne des modèles IMU3000 et IMU4000 pour les essais en immunité conduite. En plus d'être un appareil compact et très intuitif, le DOW3000 est le seul équipement du marché à réaliser des essais en “Slow Waves” et en “Fast Waves” jusqu'à une tension de 4,4 kV et, en option, les essais d'isolement de type onde de choc de foudre (IEC 61000-4-10, IEC 60255-27, IEC 62052-11 et ANSI C37.90.1). Et il intègre le coupleur triphasé 690V/32A par phase »,explique Pascal Poiret, gérant d'EMC Partner France. Auparavant, les utilisateurs devaient mettre en œuvre deux générateurs (MIG-OS-OS1 et MIG0603) et deux coupleurs CDN2000, d'où les gains d'encombrement et de coût si-gnificatifs – le coût est divisé par deux– que le DOW3000 permet d'atteindre.

Quant à EM Test (groupe américain Ametek), la société a repris, le 1 er juillet 2016, la commercialisation en France des autres marques de l'entité ComplianceTest Solutions (CTS) du groupe, à savoir Ifi, Milmega et Teseq. « Par ailleurs, l'un des premiers produits issus de la synergie du groupe, que nous avons lancé en septembre 2016, est le simulateur de décharges électrostatiques (ESD) ESD NX30. Ce pistolet remplace l'ESD30, qui est toujours présent dans le catalogue deTeseq sous la référence NSG438 », indique Olivier Kirbihler, responsable des ventes chez EMTest France. Fonctionnant sur batteries ou sur secteur, intégrant une bibliothèque de normes et doté d'un écran couleur tactile, l'ESD NX30 permet de générer des impulsions avec des tensions de 200V à 30kV pour des décharges par air et de contact.

Que ce soit avec EM Test avec l'ESD NX30 (ci-contre) ou Everfine (ci-dessus), désormais distribué par Electro Solutions, avec le pistolet EMS61000-2A, les générateurs de décharges électrostatiques (ESD) avaient la cote sur le salon.

Chambres de CEM et enceintes climatiques

Toujours dans le domaine de la CEM, le français EuroMC s'est associé à Spie BatignollesTCPI, la filiale du groupe de construction Spie Batignolles, pour développer «Intelligent concrete», ou «béton intelligent». Ce procédé innovant de blindage architectural des bâtiments s'adresse aux locaux informatiques ou sécurisés, aux centres de calcul, aux laboratoires de recherche, et il se présente sous la forme d'une paroi en béton chargé de particules conductrices et qui absorbe les hautes fréquences, paroi associée à un treillis conducteur fixé sur la peau de la paroi pour compléter l'atténuation aux basses et moyennes fréquences. Cette technique couvre une gamme de fréquences allant de quelques centaines de Hertz à plusieurs dizaines de Gigahertz. Les performances du blindage électromagnétique dépendent de la maille du treillis, de la nature des fibres métalliques, du pourcentage de fibres dans le béton et de l'épaisseur de la paroi. En plus d'être modulable, simple à mettre en œuvre et ne nécessitant aucune maintenance, Intelligent Concrete réduit, à propriétés égales, le coût de la protection électromagnétique jusqu'à 50% par rapport à une cage de Faraday, affirme la société. L'allemand Frankonia, lui, présentait une nouvelle génération de chambres pour les tests CEM, la SAC-10 Plus Triton. Il s'agit d'une chambre semianéchoïque conçue pour des tests à une distance de 3, 5 et 10m, avec une zone tranquille de 3m de diamètre, et dans une bande de fréquence de 30MHz à 18GHz (jusqu'à 40GHz en option). La principale originalité de cette chambre repose sur son multiple axe de test. Sa forme « révolutionnaire » (dixit le fabricant) et une disposition des absorbants optimisée permettent en effet une utilisation des trois axes pour des tests en émission et en immunité, ainsi qu'une importante réduction de la réflectivité. Parmi les avantages de la SAC10 Plus Triton, les utilisateurs peuvent réaliser des mesures sans devoir modi-fier l'environnement ou la configuration des tests: l'équipement et l'instrumentation peuvent donc rester connectés dans la chambre et les absorbants dédiés à chaque procédure, être déplacés selon le test requis, que ce soit en mode manuel ou semi-automatique piloté via un logiciel propriétaire.

Les visiteurs de l'édition 2017 de Microwave & RF ont pu par ailleurs découvrir Electro Solutions, un nouveau distributeur dans le domaine des essais environnementaux. « Après avoir travaillé en laboratoire d'essais et dans le SAV, j'ai créé la société le 1 er octobre 2016 à Amiens dans la Somme, et elle est spécialisée dans les essais climatiques, de vibrations et de CEM au travers de la distribution de trois marques différentes », rappelle Sylvain Carmier, gérant d'Electro Solutions. La société représente en effet le chinois Everfine pour l'Europe, l'indien Dynamic Environmental Solutions Pvt. Ltd. (DESPL) et le chinois Zundar Technology pour la France. « Everfine est spécialisé dans les goniophotomètres et les spectrophotomètres, mais commercialise aussi des systèmes de test CEM, comme le premier générateur de décharges électrostatiques avec batteries au Lithium du marché (EMS61000-2A). DESPL, lui, fabrique des systèmes pneumatiques pour les tests de vibrations, et Zundar Technology propose une large gamme d'enceintes climatiques », poursuit Sylvain Carmier.

Sur le stand de Cotelec, les visiteurs pouvaient se renseigner sur le détecteur de Led Mega Finn de Finn Test Electronics, qui permet de mesurer 4, 8, 12 ou 16 Led en même temps, et jusqu'à 254 en couplant les modules, et les pointes de puissance d'Ingun pour les tests des véhicules hybrides et électriques.

Sur le stand d'Arva-RF, le distributeur français présentait des plateformes de l'américain Environmental Stress System (ESS), qui utilisent la conductivité thermique pour réaliser des tests en température sur des modules électroniques en basse et haute températures (jusqu'à - 100 °C et +150°C). Différents systèmes sont possibles pour la mise en température négative: un gaz cryogénique (azote ou gaz carbonique) de - 100 °C à +130°C, un compresseur frigorifique double ou simple de respectivement - 60°C et - 30°C à + 125 °C. ESS propose également des systèmes pour des applications pharmaceutiques ou le durcissement des matériaux, ainsi que des plaques fonctionnant sous vide pour des applications spatiales.

Oscilloscopes et analyseurs en tout genre

Si la Compatibilité électromagnétique occupait une grande place sur le salon, l'instrumentation RF et micro-ondes était, elle aussi, présente au travers de plusieurs fabricants et distributeurs. Et ils n'étaient pas venus les mains vides. Rohde & Schwarz mettait en avant la série D de la famille d'amplificateurs large bande BBA150, ses tout derniers appareils d'entrée de gamme « Value Instruments», tels que la série d'oscilloscopes numériques RTB2000, l'analyseur de spectre FPC1000 et l'alimentation de laboratoire NGE100 ( voir Mesures n° 894 ). N'oublions pas Tektronix avec sa gamme d'analyseurs de spectre USB, qui comprend les modèles RSA500, RSA600 ( voir Mesures n° 885 ) et désormais RSA7100A, en plus du RSA306 ( voir Mesures n° 870 ), et les oscilloscopes numériques MDO4000C, ainsi queTeledyne LeCroy avec notamment ses oscilloscopes haute résolution HDO9000 ( voir Mesures n° 887 ) et ses analyseurs MDA800 pour le débogage et la validation des commandes de moteurs.

Pour le distributeur Salies (groupe américain Cobham), il s'agissait de mettre l'accent sur la nouvelle directive européenne 2013/35/EU ( voir Mesures n° 884 ) au travers de l'analyseur de champs compact EHP50F et du testeur de niveau d'exposition ELT400 de l'allemand Narda Safety Test Solutions (STS). « Ils prennent désormais en compte tous les deux la méthode de mesure pic pondérée et les modifications des seuils en basse fréquence », précise Daniel Ripoche, ingénieur commercial de Cobham Microwave. L'actualité du groupe français SphereaTest & Services concernait en fait le rachat de son compatriote Noise eXtented Technologies (XT), qu'il distribuait jusque-là en Europe ( voir Mesures n° 893 ). « L'objectif de cette acquisition est d'étoffer notre offre de briques “intelligentes” dans le domaine de la synthèse de fréquence à très faible bruit de phase et de l'analyse de bruit de phase,pour développer des sous-ensembles en hyperfréquence », ajoute Bruno Cohen, directeur commercial de Qualitysource (groupe Spherea Test & Services).

La société distribue par ailleurs également les produits de l'américain Copper MountainTechnologies. Ce dernier, qui est spécialisé dans les analyseurs de réseau vectoriels au format USB, était également présent sur les stands des français FI Science et Matech Electronique, pour qui il s'agit aussi d'une nouvelle distribution. Le leader mondial en instrumentation modulaire, l'américain National Instruments, avait installé sur son stand deux démonstrations, l'une sur la RF et les micro-ondes et l'autre sur l'embarqué (proximité du salon Embedded Systems oblige), mettant en œuvre entre autres la 2 e génération de son transcepteur de signaux vectoriel (VST) PXIe-5840 ( voir Mesures n° 887 ), le récepteur SDR (radiologicielle) 4 canaux USRP-2945. Pour clore ce tour des stands, arrêtons-nous sur ceux de l'allemand Feintmetall et du français Cotelec. Le premier présentait la nouvelle série de pointes haute fréquence HF66 pour le test des mini-connecteurs HF CMS (connecteurs switch SWD, SWF, SWG SWH et SWJ, connecteurs de câbles coaxiaux HSC, JSC, KSC, LSC et GSC) et le second, le détecteur de Led Mega Finn de l'américain Finn Test Electronics – chaque module peut mesurer 4, 8, 12 ou 16 Led en même temps, et jusqu'à 254 en couplant les modules – et les pointes de puissance pour connecteurs automobiles de l'allemand Ingun.

Un bilan satisfaisant pour Microwave & RF 2017

La 6 e édition du salon Microwave & RF, l'événement de la communauté des radiofréquences, des hyperfréquences, du sans-fil, de la Compatibilité électromagnétique (CEM) et de la fibre optique qui s'est déroulé les 23 et 24 mars 2017 à Paris Expo - Porte de Versailles, a réuni 53 exposants (dont 41 fabricants, fournisseurs et sociétés de services), 1903 visiteurs et 657 auditeurs aux conférences. Pour mémoire, l'édition 2016 avait rassemblé 80 exposants, 1928 visiteurs et 756 conférenciers. « La tenue en parallèle aux salons Embedded Systems et MtoM & Objets connectés a apporté,une nouvelle fois,une complémentarité avec l'offre présentée sur Microwave & RF. Cetteannée,laparticipation des fabricants tels que l'allemand Rhode & Schwarz et l'américain Tektronix,au sein de la partie liée à l'instrumentation et aux tests,a été particulièrement remarquée », affirme l'organisateur BIRP/Infopromotions. Rendez-vous est déjà pris les 21 et 22 mars 2018 pour la 7 e édition de Microwave & RF, toujours à Paris Expo - Porte de Versailles et toujours en parallèle aux salons Embedded Systems et MtoM & Objets connectés.

« Ingun se focalise depuis quelque temps sur le marché de l'automobile.Il vient ainsi de développer quatre familles de contacts spécifiques aux tests des véhicules hybrides et électriques », explique Bertrand Quéro, directeur des ventes France de Cotelec. On trouve des pointes bloquées en rotation pour pincer les broches plates de section 2,8x0,6 à 14x2,0mm et faire passer jusqu'à 225A, des pointes au design circulaire pour envelopper les connectiques cylindriques de 3mm à 12mm de diamètre (jusqu'à 200A), une série de pointes s'ouvrant en corolle pour tester des connecteurs mâles de 4,3mm de diamètre (jusqu'à 40A) et des pointes intégrant un détecteur pour les mesures 4 fils.