Lavisionindustrielle révolutionnel'atelier

Le 28/02/2018 à 14:00  

De plus en plus, les systèmes de vision industrielle réalisent le traitement en local des images. Ce qui limite les transferts de données au système central et décongestionne le réseau de transmission de l'entreprise.

DR

L ection, la surveillance et la diffusion avision industrielle a fait d'énormes progrès au cours des dix dernières années. Les algorithmes de détection des contours et de détection du mouvement, d'une part, et les avancées technologiques en silicium avec leurs retombées pour les capteurs d'image, les réseaux logiques programmables, microcontrôleurs et processeurs graphiques (GPU), d'autre part, ont favo-risé l'intégration de cette vision industrielle dans les applications embarquées. En outre, afin de rendre cette technologie plus accessible aux concepteurs, les fabricants proposent aujourd'hui des éléments complexes directement téléchargeables sur FPGA, ainsi que de nouveaux environnements de développement (logiciel OpenCV, par exemple).

Cet engouement pour la vision industrielle va de pair avec une tendance à fusionner systèmes industriels et Internet des objets (IdO). L'utilisation de capteurs de plus en plus intelligents, sous le contrôle d'algorithmes de traitement des images, permet de recueillir des données précieuses sur le fonctionnement des équipements. Ce qui a pour conséquence d'ouvrir de nouvelles voies à la surveillance. Quant au développement de la vision industrielle, il s'explique, d'une part, par une nécessité d'optimisation des transferts de données (réduction de la consommation d'énergie et de la bande passante) et, d'autre part, par une recherche d'automatisation. L'une des applications phare de la vision industrielle concerne l'ins-pection. Or, au cours des dix dernières années, le prix des caméras à hautes performances –munies de détecteurs d'images CMOS– a chuté, ce qui a permis de démocratiser l'inspection de cartes et de systèmes électroniques. En outre, l'association de ces caméras à des FPGA a permis d'améliorer l'analyse des images et, in fine, la prise de décision. De tels dispositifs fournissent, en local, une réponse adaptée aux stimuli reçus, ce qui limite les transferts de données vidéo via les réseaux de transmission de l'entreprise.

Le rapprochement de l'inspection et de l'IdO a aussi permis d'enrichir l'ensemble des données servant à analyser les performances de l'usine. Plutôt que des données brutes, la vision industrielle «intelligente» fournit des informations déjà travaillées, directement assimilables par l'informatique de l'entreprise. Ce qui contribue à décongestionner le système informatique (ERP, etc.) qui doit gérer des millions de données –et de plus en plus de données du fait de la diffusion de l'Internet des objets. D'où une réduction de la charge du réseau de transmission et du serveur, en même temps qu'une amélioration de la prise de décision.

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap