Le Progiciel S'adapte Mieux Au Test Des Turbomoteurs

Le 01/01/2013 à 14:00  

La défense du territoire national et les opérations extérieures de l'armée française en Afghanistan, au Liban, en Côte d'Ivoire pour n'en citer que les plus médiatiques, s'appuient sur des moyens aériens, maritimes et terrestres qui ne doivent en aucun cas souffrir de la moindre panne pour l'accomplissement des opérations et la sécurité des militaires. Il s'agit également d'équipements de pointe, en nombre d'exemplaires très limités, et donc extrêmement chers (de l'ordre de plusieurs dizaines de millions d'euros).Au sein de l'armée de l'air, c'est le Service industriel de l'aéronautique (SIAé ; voir encadré Le SIAé en quelques mots ) à qui est dévolu le rôle du maintien en condition opérationnelle (MCO) des matériels aéronautiques. Parmi les cinq ateliers industriels de l'aéronautique (AIA) du SIAé,celui de Bordeaux (33) est en charge de la révision et de la réparation des turboréacteurs équipant les avions de chasse Mirage F1 et Super-Étendard (moteur Atar), Alphajet (Larzac), Mirage 2000 (M53) et Rafale (M88) ainsi que celles des turbomoteurs que l'on retrouve sur l'avion Hercules C-130 (T56-A15), sur les hélicoptères Lynx (Gem 42-1) et Tigre (MTR 390).

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap