Leslaboratoiresd'EDFR&D s'ouvrentdeplus enplusauxindustriels

Le 30/03/2019 à 14:00  

Tout le monde connaît Electricité de France (EDF), le fournisseur d'électricité français depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Parmi ses nombreuses prérogatives, il a notamment en charge la production d'électricité, au travers de l'exploitation de centrales nucléaires, de parcs éoliens et de centrales hydroélectriques, en France et dans le monde entier, ainsi que de la fourniture de l'électricité aux particuliers via Enedis, aux entreprises et aux industries. Si pendant des années le transport lui revenait, cette activité est désormais du ressort de Réseau de transport d'électricité (RTE).

Au-delà de ces activités d'exploitation et de distribution, EDF s'est également bâti une solide réputation, au niveau international, dans les domaines des études et des essais. Au travers de ses trois sites en France et de ses six autres à l'international, représentant au total environ 2000 personnes, EDF R&D dispose des installations (70 plateformes de test) et des compétences dans un large panel de domaines. Le site principal de Saclay (Essonne), un centre inauguré en 2016 est en effet spécialisé dans les calculs (algorithmes et simulation), les essais et les études économiques.

À Chatou (Yvelines), les équipes réalisent des études hydrauliques –il s'agit d'essais avec des maquettes de barrages, notamment–, les études d'impact écologique des rejets et de la pollution de l'air (modélisation des panaches de fumées, par exemple). Enfin le site des Renardières situé àMoret-Loing-et-Orvanne (Seine-et-Marne), à une dizaine de kilomètres de Fontainebleau, réunit les départements TREE (Technologies et recherches pour l'efficacité énergétique), MMC (Matériaux et mécanique des composants) et LME (Laboratoire des matériels électriques). C'est le LME qui exploite les installations d'essais haute tension et grande puissance.

Pour les essais de tenue diélectrique, le bâtiment, doté de deux aires différentes, l'une dédiée aux appareils de basse ou moyenne tension et l'autre pour les essais de très haute tension, dispose de générateurs 800 kV et 1,1 MV.

Marc Caraveo pour EDF

activités du LME s'articulent autour des essais de puissance, des essais diélectriques, climatiques et d'endurance, des composants de réseaux électriques intelligents, des câbles et accessoires de liaisons, de Compatibilité électromagnétique (CEM), de la maintenance et nouveaux équipements, de la technologie de batteries et de la chimie des matériaux électriques, ainsi que du stockage stationnaire, d'électronique de contrôle et de puissance », explique Christian Pons, ingénieur chercheur au Laboratoire des matériels électriques d'EDF R&D.

Le site, créé en 1964, est le plus étendu des sites d'EDF R&D, avec une superficie de 86ha et regroupant 40 laboratoires. Près de 600 personnes y travaillent, dont plus de 150 au sein du Laboratoire des matériels électriques. « Pour notre cœur de métier,à savoir l'étude et les essais des équipements du réseau électrique (transport et évacuation),disposer rapidement de nombreux spécialistes sur l'ensemble des compétences autour d'un matériel électrique (huile diélectrique, isolation externe, imagerie thermique, dégradation de matériau, etc.) est un avantage indéniable.En particulier lorsque les personnes des études travaillent sur des moutons à cinq pattes. Les concurrents sont plutôt positionnés uniquement sur le secteur des essais de qualification », constate Christian Pons.

Créé en 1964, le site des Renardières, situé à Moret-Loing-et-Orvanne, réunit les départements TREE, MMC et LME. C'est le plus étendu des sites d'EDF R&D, avec une superficie de 86 ha et regroupant 40 laboratoires. Près de 600 personnes y travaillent, dont plus de 150 au sein du Laboratoire des matériels électriques (LME).

EDF

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap