RF traditionnelle et objets connectés cohabitent pour le meilleur

Le 10/07/2018 à 14:00  

En plus du générateur de signaux micro-ondes et analogiques RF SMA100B, des analyseurs de réseau vectoriels ZNL et ZNLE, Rohde & Schwarz présentait ses nouvelles séries d’oscilloscopes numériques d’entrée de gamme RTC1000 et de milieu de gamme RTM3000 et RTA4000.

Rohde & Schwarz

Si les objets connectés (IoT) ont, une nouvelle fois, attiré la lumière sur eux lors des salons MtoM & Objets connectés - Embedded Systems et IoT World, qui se sont déroulés les 21 et 22 mars 2018 à Paris Expo-Porte de Versailles, la 7 e édition de RF & Microwave a toutefois tenu son rôle d’événement de la communauté des radiofréquences, des hyperfréquences, du sans-fil, de la compatibilité électromagnétique (CEM) et de la fibre optique, tant au niveau des tables rondes et conférences techniques que de l’exposition. Cette 7 e édition de RF & Microwave a en effet réuni 1 522 visiteurs (560 participants aux conférences) et 47 exposants, « une édition très convaincante placée sous le signe du dynamisme et qui a permis aux visiteurs de découvrir un panorama complet d’annonces produits et d’applications », affirme l’organisateur BIRP-Groupe Solutions.

Les fournisseurs d’instruments de test et de mesure étaient venus avec une ribambelle de nouveautés. L’allemand Rohde & Schwarz présentait en effet ses nouvelles séries d’oscilloscopes numériques d’entrée de gamme RTC1000 et de milieu de gamme RTM3000 et RTA4000 ( voir Mesures n°902) , ainsi que l’analyseur de spectre d’entrée de gamme FPL1000, les analyseurs de réseau vectoriels ZNL et ZNLE, le générateur de signaux micro-ondes et analogiques RF SMA100B ( voir Mesures n° 897 ). Quant à l’américain National Instruments, il mettait en avant sur son stand, via des démonstrations, ses solutions pour le test NFC et pour la radiologicielle, avec le module USRP-2945, ainsi que son VST PXIe-5840 ( voir Mesures n° 887 ), pour l’analyse de spectre en temps réel, la radiogoniométrie, la simulation de cibles radar, le test de semi-conducteurs, la technologie 5G – le nouveau driver NI-RFmx NR permet par exemple de créer des formes d’onde 5G avec le VST.

En plus de l’analyseur de réseau vectoriel USB TTR500, des sondes à fibre optique TIVH et TIVM série IsoVu, de la version « profil bas » (MSO58LP) et des options logicielles dédiées à l’automobile, à l’analyse de puissance et à l’aéronautique (5-SRAUTO, 5-CMAUTOEN, 5-PWR et 5-SRAERO) de sa série d’oscilloscopes numériques à signaux mixtes MSO 5 ( voir Mesures n° 897 ), l’américain Tektronix, lui, venait de lancer, quelques semaines auparavant, EMCVu, une solution tout-en-un pour les tests de pré-conformité et le débogage d’interférences électromagnétiques (IEM) et de CEM. Cette solution fournit aux ingénieurs une approche précise, pratique et rentable pour déterminer si la conception de leurs produits passera les tests de conformité avec succès dès le premier essai.

La 7 e édition du salon RF & Microwave a notamment enregistré la venue d’un certain nombre de fournisseurs de solutions de test et de mesure, dont Rohde & Schwarz, National Instruments et Tektronix, ainsi que des spécialistes de la CEM.

C. Lardière

Option du logiciel SignalVu-PC associée aux analyseurs de spectre USB du fabricant, EMCVu comporte un assistant, avec prise en charge intégrée des normes (IEC/CISPR, Cenelec/EN, FCC, MIL-STD, etc.), la sélection et la configuration des accessoires par simple pression d’un bouton. Le logiciel facilite également le débogage grâce à la capture automatique du bruit ambiant, à la remesure des défaillances multiples et aux marqueurs d’harmoniques pour une analyse approfondie. Les résultats de l’expérience peuvent être facilement enregistrés avec des notes et des images, dans un rapport configurable au format PDF ou RTF.

« Suite à son rachat il y a un an [voir Mesures n°893], Noise eXtented Technologies [XT] a intégré la BU RF & Hyper de Spherea Test & Services, ce qui s’est traduit par un emménagement dans nos bureaux distants de seulement 400 m en novembre 2017 », annonce Bruno Cohen, directeur commercial de Qualitysource (groupe français Spherea Test & Services). Et Guillaume De Giovanni, à la tête de l’activité Noise XT de poursuivre : « i l s’agit de locaux plus grands, ce qui nous permettra de disposer de moyens supplémentaires et de multiplier par deux les effectifs en embauchant une dizaine d’ingénieurs et de docteurs d’ici deux ans ».

Des nouveautés, aussi, en CEM

Parmi les autres fournisseurs en test et en mesure, citons le distributeur Cotelec, qui montrait sur son stand la pointe de test capacitive à commande pneumatique PKS 399, pour le test et l’utilisation sur écrans tactiles, et la pointe de test coaxiale HFS-807, pour connecteurs haute vitesse jusqu’à 20 Gbit/s 12 GHz, de l’allemand Ingun, ainsi que le distributeur Acquisys. Ce dernier présentait, entre autres, le système durci ePC-Nano (CPU COM Express et site XMC) d’Innovative Integration (groupe américain Molex), le système d’acquisition de données autonome Loggito de l’allemand Delphin Technology et l’enregistreur autonome WebDAQ-504 de Measurement Computing (groupe National Instruments) pour les applications acoustiques et de vibrations.

Les visiteurs intéressés par des solutions de test et de mesure ne devaient pas hésiter à arpenter les salons voisins, pour rencontrer l’américain Teledyne LeCroy – le fabricant a lancé la conformité de puissance délivrée pour l’analyseur de protocole Voyager M310P, et un Motor Drive Analyser (MDA), un analyseur de protocole PCI 3.0 Summit T3-8, des oscilloscopes numériques WaveRunner 8404-MS, HDO6104A et HDO9404 faisaient l’objet de différentes démonstrations –, la jeune pousse IkaLogic et l’allemand Comprion sur les salons Embedded Systems et MtoM & Objets connectés, voire même le japonais Anritsu sur les salons Cloud Computing Expo, Solutions Datacenter Management et IoT World. « Nous nous positionnons aussi de plus en plus sur le marché des datacenters », indique l’un des représentants de la société sur le stand.

Revenons sur RF & Microwave, et en particulier à la CEM, où les différents acteurs n’étaient pas venus les mains vides. À commencer par EMC Partner France qui profitait de l’événement pour célébrer sa 10 e année d’existence. « Nous fêtons d’ailleurs cet anniversaire sur une très bonne année 2017, précise Pascal Poiret, fondateur et gérant de la filiale française du suisse EMC Partner. Et nous comptons poursuivre sur cette voie, avec notamment deux nouvelles distributions. Il s’agit de l’allemand Lumiloop, qui a développé une sonde isotropique à fibre optique pour champs électriques (de 10 kHz à 6 GHz en standard ou de 10 Hz à 8,2 GHz), très complémentaire à notre offre, et de l’israélien igos RF Shielding spécialisé dans les caissons RF, qui sont en fait des cages de Faraday compactes ».

igos Lumiloop

Du côté de l’instrumentation pour la CEM, les visiteurs découvraient notamment la série U d’amplificateurs de puissance RF à semi-conducteur et de classe A d’Amplifier Research (AR), ainsi que la sonde isotropique à fibre optique de Lumiloop et les cages de Faraday compactes de igos RF Shielding, tous les deux désormais distribués par EMC Partner France.

Amplifier Research

L’américain Amplifier Research (AR), lui, avait introduit la série U (U pour universelle). Cette série de quatre amplificateurs de puissance RF à semiconducteur et de classe A couvre une gamme de fréquence de 10 kHz (100 kHz pour le 100U1000) à 1 GHz, en une seule bande à chaque fois, et une puissance RF minimale de 1, 2,5, 10, 25, 50 et 100 W (respectivement pour les modèles 1U1000, 2.5U1000, 10U1000, 25U1000, 50U1000 et 100U1000). Quant à l’allemand Frankonia Group, il mettait en avant la nouvelle chambre de test de préconformité CHC Plus. Elle est destinée aux mesures en émissions (selon la norme CISPR 16-1-4) pour des fréquences de 30 MHz à 1 GHz en préconformité – de par une limitation du balayage en hauteur –, ou de 1 à 18 GHz en conformité, ainsi qu’aux mesures en immunité de 30 MHz à 18 GHz (selon la norme EN/IEC 61000-4-3).

Option du logiciel SignalVu-PC, EMCVu de Tektronix est une solution tout-en-un pour les tests de pré-conformité et le débogage d’interférences électromagnétiques et de compatibilité électromagnétique.

Tektronix

Enfin le distributeur EM Test France annonçait en avant-première mondiale le générateur NSG 4031 de Teseq (groupe américain Ametek). Cette solution complète – elle intègre un générateur de bruit blanc (150 kHz à 80 MHz), un amplificateur de puissance de classe A de 80 W au moins et un wattmètre à 3 entrées – permet de réaliser les essais d’immunité aux perturbations conduites à large bande, sur les accès d’alimentation secteur en courant alternatif selon la norme IEC 61000-4-31.

L’offre en IIoT explose

Comme évoqué en introduction de cet article, une part belle était faite, une nouvelle fois, aux objets connectés, qui ont envahi notre quotidien et qui se déploient de plus en plus au niveau de l’industrie, d’où la désignation d’objets connectés industriels (IIoT). Pour preuve, les salons MtoM & Objets connectés-Embedded Systems et IoT World ont attiré au total 7 211 visiteurs, dont 3 675 pour le premier, et certaines conférences techniques ont même été prises d’assaut. Et en ce qui concerne les nouvelles solutions, les visiteurs ne savaient presque plus où donner de la tête ( voir encadré page 38 ). À commencer par le stand du français ELA Innovation, qui a signé un accord de distribution de ses capteurs et tags RFID Active et de la nouvelle génération de capteurs Beacon Bluetooth Low Energy (LE), avec son compatriote Factory Systèmes ( voir Mesures n° 904 ).

« Ce distributeur de matériels et de logiciels pour l’informatique industrielle est un partenaire partageant les mêmes valeurs et un ADN commun autour de l’innovation et de la performance, pour nous accompagner dès maintenant dans la commercialisation de nos solutions RFID de longue portée. Leur connaissance de ce marché, leur parfaite maîtrise et leur présence dans les circuits de distribution vont constituer un atout exceptionnel », explique Pierre Bonzom, président d’ELA Innovation. Destinés aux applications d’identification et de suivi en température, les nouveaux capteurs Beacon Bluetooth LE sont les premiers modèles Bluetooth du fabricant, spécialisé jusque-là dans les tags RFID. « Après deux années de développement, nous proposons désormais des capteurs dont les données sont interopérables avec les smartphones. Cela nous permet d’étendre les marchés potentiels et aussi d’entrer chez des grands comptes », précise Pierre Bonzom.

Une part belle était faite, une nouvelle fois, aux objets connectés, qui ont envahi notre quotidien et qui se déploient de plus en plus au niveau de l’industrie. D’où l’affluence dans les allées de MtoM & Objets connectés – Embedded Systems et à certaines conférences techniques.

C. Lardière

Il ne fallait pas aller bien loin sur MtoM & Objets connectés-Embedded Systems pour découvrir d’autres nouveautés en matière d’objets connectés industriels. En face du stand d’ELA Innovation, son compatriote Adeunis a en effet lancé les transmetteurs TIC et Pulse Atex, ainsi que l’offre Adeunis Connect pour l’Internet des objets. Les deux transmetteurs LoRa permettent de transformer un compteur électrique équipé d’une interface TIC (ou deux compteurs de gaz, d’électricité, d’eau ou de chaleur dans le cas de Pulse Atex) en un compteur communicant sans fil, ce qui rend possible la surveillance à distance de la consommation. Quant à Adeunis Connect, elle comprend la plateforme de Device Management développée par Thalès, dont le rôle est d’optimiser le fonctionnement et la sécurité d’un parc hétérogène de capteurs IoT, ainsi que ses services Adeunis Mobility, qui as-surent la configuration, la mise à jour et la maintenance des produits sur site, sans que les utilisateurs aient à déconnecter leur flotte des réseaux IoT, donc sans rupture d’exploitation.

Signalons par ailleurs la start-up française Sensing Labs, qui présentait le capteur de température et d’humidité relative SenLab T+H destiné aux mesures des sols dans en agriculture « connectée », ainsi que, sur le salon IoT World, son compatriote JRI avec son offre LoRa Spy. « Comme son nom l’indique, nous venons de lancer sur le marché une gamme d’enregistreurs de température LoRa, dédiés à la surveillance des produits sensibles à chaque étape de la chaîne logistique. Grâce également à l’application web MySirius, ces nouveaux enregistreurs sont très simples à mettre en œuvre et à utiliser », explique Jean-Luc Bayre, chef des ventes France chez JRI. La gamme se compose du capteur robuste LoRa Spy T0 (-40 °C à + 85 °C), des capteurs LoRa Spy T1 (-30 °C à + 70 °C et 0 % à 100 % HR ou ouverture de porte), des capteurs LoRa Spy T2 (-50 °C à + 105 °C) pour enceintes thermo-contrôlées ou incubateurs et du capteur LoRa Spy T3 (-200 °C à 0 °C).

Et n’oublions pas les services IoT

Toujours sur IoT World, la start-up toulousaine ffly4u a lancé le service IoT myTrailer-by-ffly4u. « Jusqu’à présent, les JRI propriétaires de remorques devaient se tourner vers des solutions télématiques d’usage et d’installation complexes, connectées à la batterie du véhicule et utilisant la transmission d’informations par GSM, coûteuse et consommatrice d’énergie », rappelle la société. Ce nouveau service est une alternative, à la fois plus simple, plus autonome et moins chère, grâce à l’utilisation de deux boîtiers, compacts et autonomes – l’un positionné sur le toit du tracteur et l’autre, embarquant des fonctions de GPS, de mesure de température et de détection de mouvements, sur le devant de la remorque –, connectés à un réseau bas débit (Sigfox, LoRa, etc.) disponible par abonnement. Une fois transmises, les données sont mises à disposition des utilisateurs sur une plateforme spécifique pilotée par ThingWorx de PTC. La totalité des fonctions sont proposées à la location par ffly4u pour une durée de 3 à 7 ans.

C. Lardière

À l’image des capteurs Beacon Bluetooth LE d’ELA Innovation, SenLab T+H de Sensing Labs ou LoRa Spy de JRI, les objets connectés industriels et les services associés ont fait florès auprès des visiteurs.

Même si la fréquentation en termes de visiteurs a reculé – en 2017, Microwave & RF avait enregistré la venue de 1 903 visiteurs et MtoM & Objets Connectés-Embedded System associé à IoT World, 8 731 visiteurs, dont 4 374 pour le premier –, les trois salons sont d’ores et déjà prévus les 20 et 21 mars 2019, toujours à Paris Expo-Porte de Versailles. Ce qui devrait nous réserver encore une ribambelle de nouveautés et l’occasion d’assister à des conférences techniques, comme celles organisées cette année et intitulées « IIoT : Maintenance industrielle prédictive, comment vite changer de paradigme mais… sans prendre de risque ? », « IoT durcis (industrie, militaire, médical, spatial…) : intégrer les contraintes techniques dès la conception et jusqu’à la maintenance opérationnelle » et « Préparer l’avènement de la 5G : une chance et un défi pour nos industries ».

Nouveautés vues au fil des allées…

? Atemation : automate programmable groov Epic d’opto 22 pour les applications d’automatismes ou d’IIoT…

? Codra : nouvelle version de la plateforme de supervision Panorama Suite s’interfaçant nativement avec les réseaux Low Power Wide Area Network (LPWAN)

? Eolane : capteur de mouvement Movee pour la surveillance d’actifs et la maintenance préventive

? Équipements scientifiques : carte Mini PCIe avec traitement d’intelligence artificielle (Movidius) et carte industrielle NanoCOM-KBU au format Nano-COM d’Aaeon

? Ercogener : boîtiers communicants (3G, LTE-M1, LoRa, Sigfox) EG-IoT

? Eurotech : passerelles IoT multiservices LTE DynaGATE 10-12 et DynaGATE 10-06 pour l’automobile, module COM Express Type 7 durci CPU-162-23 équipé du processeur Intel Xeon D-1500…

? KEPFrance : pupitres tactiles Smart MMI dédiés à l’IoT et à l’Industrie du futur

? Lauterbach : version 2018 de Trace32

? Luxondes : dalle optique Radio Waves Display pour la visualisation électromagnétique planaire 3D

? NeoMore : client léger industriel MBOX-V destiné aux applications IIoT et modules LS10xx à processeur à intégrer en systèmes embarqués et industriels de Technology in Quality (TQ), analyseur multi-protocoles série USB LE-200PR de Line Eye…

? Red Lion : disponibilité du micrologiciel 4.28 pour ses routeurs industriels et de RTU cellulaires RAM…

? Salies : magnétomètre HP-01 pour l’analyse des champs magnétiques statiques et variables dans le temps.