Surveillance destructures:lescapteursoptiques gagnent du terrain

Le 01/11/2015 à 14:00  

E n génie civil comme dans l'industrie, de nombreuses structures sont exposées à des déformations qui fatiguent les matériaux à plus ou moins long terme. Ces phénomènes nécessitent une surveillance de différents paramètres, en particulier des contraintes physiques en jeu. Selon la structure concernée, la fréquence des mesures et le nombre de points à surveiller sont très variables. Une aile d'avion ou une presse industrielle ne sont pas sollicitées de la même manière qu'un barrage hydroélectrique ou une pale d'éolienne. Leur durée de vie, leur exposition au stress physique ou encore leur environnement sont extrêmement différents. Mais les mêmes principes physiques de mesure peuvent s'appliquer dans différents cas. Deux grandes familles de capteurs se distinguent pour ces applications. Les capteurs électriques sont les plus répandus. Des mesures de différentes natures peuvent être nécessaires, comme la pression ou l'humidité, mais ce sont les jauges d'extensométrie qui permettent de mesurer les déformations. Elles mettent en jeu une technologie ancienne et mature à laquelle les industriels sont habitués. Celle-ci continue toutefois à s'améliorer, face à de nouvelles problématiques telles que l'évolution des matériaux. Mais pour ce type de mesure, les technologies optiques se développent de plus en plus. Bien que les champs d'application de ces deux familles technologiques ne soient pas les mêmes, certaines applications nécessitent une comparaison poussée de leurs mérites respectifs.

Les matériaux composites imposent des contraintes particulières aux capteurs. Ils peuvent notamment subir des déformations plus importantes que d'autres matériaux.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap