Tablette grand public ou dédiée ?Quelques pistes pour faire son choix

Le 01/03/2014 à 14:00  

L'essentiel

Les tablettes tactiles ont révolutionné les interfaces homme-machine dans les débouchés grand public.

Leurs caractéristiques font qu'elles gagnent également en popularité dans les applications professionnelles, voire industrielles.

Son choix dépend de multiples paramètres liés à l'application visée.

Cet article présente quelques pistes pour bien choisir son produit.

Depuis la sortie des premiers iPhone en 2007, notre conception des interfaces homme-machine (IHM) a complètement changé. Plus généralement, l'essor des ventes de tablettes et de smartphones a conduit au développement d'une multitude d'applications conçues pour la quasi-totalité des marchés et des scénarios d'utilisation. Ces applications remettent en question les IHM traditionnelles ainsi que les interactions entre l'homme et les équipe-ments.Dans cet article, nous nous intéressons plus spécifiquement aux cas d'usage des tablettes pour des applications professionnelles.

L'explosion des ventes de tablettes doit son explication dans leur fonctionnement simple et intuitif. Elles permettent d'accéder en continu à Internet ainsi qu'à des données stockées sur des supports extérieurs, tels que des serveurs de cloud com-puting ou des réseaux d'entreprise. Autant d'avantages pour les utilisateurs professionnels qui sont les premiers à les apprécier,et de plus en plus nombreux à en profiter. C'est la raison pour laquelle de nos jours, les tablettes remplacent les ordinateurs portables traditionnels pour de très nombreuses applications. Les «traditionalistes» pourraient émettre des doutes et objecter qu'un ordinateur portable offre les mêmes possibilités qu'une tablette et même bien plus. Sur le plan technique, c'est exact. Mais les avantages ergonomiques des tablettes sont devenus indéniables, puisqu'elles offrent une plus grande mobilité et une plus grande convivialité.

Pour les tablettes personnalisées à vocation industrielle, les aspects liés aux contraintes mécaniques et climatiques, de même que la question de la technique de charge, doivent être considérés en fonction de l'application, tout comme les caractéristiques liées aux interfaces de communication disponibles. La question des logiciels doit être abordée indépendamment des considérations liées à la communauté open source.

TES Electronic Solutions

Les ordinateurs portables sont, encore aujourd'hui, employés pour de très nombreux scénarios d'utilisation mobile. Par exemple pendant les phases de réinstallation,de configuration ou de diagnostic de systèmes, pour la surveillance d'installations ou encore pour la prise de mesures sur site. Dans ces situations, les inconvénients sur le plan ergonomique sont évidents: l'ordinateur portable n'est pas pratique à utiliser en position debout. Un support, voire un siège, est nécessaire. En cas d'application nécessitant l'utilisation d'interfaces spécifiques, il faudra recourir à des clés USB, à des adaptateurs, pourquoi pas à des boîtiers d'interface. De plus, les ordinateurs portables sont équipés de leurs propres disques durs physiques coûteux, et relativement lourds. L'autonomie de la batterie n'est satisfaisante que pour les appareils modernes, qui seuls permettent une utilisation mobile de plusieurs heures. Les ordinateurs portables sont surtout difficiles à protéger, de l'humidité et de la poussière notamment; ils respectent aussi difficilement les normes d'hygiène, par exemple dans les environnements médicaux. Leur utilisation est de ce fait relativement coûteuse et pas forcément appropriée. La convivialité et la maintenabilité de leur système d'exploitation (OS)Windows sont également discutables. Ainsi, en ce qui concerne les applications mobiles, les avantages ergonomiques des tablettes par rapport aux ordinateurs portables sont évidents. Même au sein des secteurs plutôt «conservateurs», où il était autrefois habituel de retrouver des IHM spécifiques à une entreprise ou pour une application dédiée, l'idée que les produits soient désormais pourvus d'une IHM intuitive et efficace est en train de s'imposer. Dans le cas contraire, les solutions présenteraient un désavantage concurrentiel considérable et seraient beaucoup plus difficiles à vendre. Par ailleurs, l'amélioration de la convivialité des IHM contribue à renforcer la sécurité des systèmes et des processus.

Dans certains segments de marché tels que la domotique, les tablettes grand public (iPad, tablettes fonctionnant sous Android…) peuvent être reliées au réseau domestique par WLAN et ainsi se connecter à Internet. Grâce à des applications dédiées, elles permettent de commander, par exemple, l'éclairage, la température et même les appareils multimédia. Il est également possible de commander ou de surveiller à distance des fonctions programmées chez soi à l'aide d'un smartphone ou d'une tablette via le réseau mobile 3G ou 4G. Les tablettes grand public dotées d'applications sur mesure ont même, entre-temps, fait leur apparition dans le secteur de la restauration et sur les lieux de vente.

Déterminer les exigences pour un environnement industriel

Mais malgré leurs avantages, l'utilisation des tablettes grand public dans les environnements industriels (ou encore dans le secteur de la maintenance technique, ou dans le médical) est-elle également judicieuse? Il est difficile d'apporter une réponse globale à cette question. Il est en effet nécessaire d'examiner de manière plus approfondie, au cas par cas, certains aspects tels que les contraintes mécaniques et climatiques, les certifications exigées, la technique de charge à mettre en œuvre, les interfaces de communication nécessaires, la compatibilité avec l'environnement physique et virtuel, les processus commerciaux ou encore les exigences en matière de sécurité des données. Il faut en outre déterminer les exigences applicables en matière de cycle de vie du produit. Sur le plan logiciel, il convient de définir le système d'exploitation et les logiciels à utiliser ainsi que les modèles de licences disponibles pour les différentes applications. Pour le choix de l'OS, il est essentiel de prendre en compte les aspects liés à la sécurité.

La protection contre le vol est un autre aspect à ne pas négliger. Il s'agit d'un sujet délicat, comme l'expérience le prouve, car ces équipements peuvent s'apparenter à des produits de loisir, telles que les tablettes grand public très populaires auprès des utilisateurs. Les points soulevés ci-dessus suscitent un sérieux doute quant au caractère réaliste de ces dernières dans le secteur industriel. La question de savoir si les tablettes personnalisées/spécifiques au client sont utiles doit d'autre part être posée.

Pour les tablettes personnalisées,les aspects liés aux contraintes mécaniques et climatiques,de même que la question de la technique de charge doivent être considérés en fonction de l'application, tout comme les caractéristiques liées aux interfaces de communication dispo-nibles.La question des logiciels doit êtreabor-dée indépendamment des considérations liées à la communauté open source : il est possible de développer des applications spécifiques qui restent totalement sous le contrôle de l'OEM ( Original Equipment Manufacturer ),c'est-à-dire le fabricant du produit, et dont la diffusion peut être rigoureusement contrôlée. La com-patibilité des logiciels applicatifs dépend uniquement de la version du système d'exploitation utilisée et est également contrôlée par le fabricant du produit, tout comme la stratégie de mise à jour logicielle. Le taux de vols de ce type de systèmes reste limité étant donné que l'intérêt des utilisateurs privés pour les tablettes spécifiques à une personne ou à une entreprise est faible (connectique chargeur incompatible, applications verrouillées, etc.). Enfin, sur le plan marketing, une tablette aux couleurs du fabricant ou de l'utilisateur envoie un message fort en ma-tière d'identité visuelle de l'entreprise.

Voilà pour les aspects liés à la «possession». D'autres sujets doivent également être examinés en détail, au premier rang desquels figure notamment la gestion du cycle de vie et de l'obsolescence. La durée de vie des semi-conducteurs est de plus en plus courte, non seulement dans le domaine des cartes mémoire, mais également dans le domaine des microprocesseurs. Cet aspect doit être pris en compte dès le développement de la carte pour ne pas se retrouver avec un produit obsolète juste après son lancement. L'écran tactile est un autre composant dont le cycle de vie ne correspond plus, comme l'expérience le prouve, à un cycle de vie industriel actuel de 6 à 10 ans. Il faut partir du principe qu'il sera obsolète au bout de 3 ans. Même en achetant le dernier produit disponible, il est probable qu'une nouvelle conception liée à ce module soit nécessaire au cours du cycle de vie. Les autres composants sont moins critiques, mais doivent également être pris en compte dans le cadre de la ges-tion du cycle de vie et de l'obsolescence.

L'explosion des ventes de tablettes doit son explication dans leur fonctionnement simple et intuitif. Elles permettent d'accéder en continu à Internet ainsi qu'à des données stockées sur des supports extérieurs, tels que des serveurs de cloud computing ou des réseaux d'entreprise. C'est la raison pour laquelle de nos jours, les tablettes remplacent les ordinateurs portables traditionnels pour de très nombreuses applications, y compris professionnelles.

DR

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap